Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie

  • Port et Baudelaire

    "Un port est un séjour charmant pour une âme fatiguée des luttes de la vie".

    Charles Baudelaire

  • Petit poème jeunesse à déguster

    Le château des eaux

    Rolande Causse

     

     

    Vagues voguent

    Humeur vague.

     

    Paysage de brume

    Montée de blanc

    Contentement.

     

    Vont si vives,

    courent et roulent,

    Tanguent et chantent,

    Les eaux intrépides.

     

    Autres poèmes marins à découvrir dans son recueil Le port de poèmes (voir liste ci-jointe)

  • Bonnes fêtes !

    Les parutions sur mes blogs vont être suspendues pour quelques jours de vacances...

    Mais je ne pouvais faire pause sans vous souhaiter de bonnes fêtes, un Joyeux Noël et une Bonne et Heureuse Année 2017.... Et voici donc la dernière ébauche de l'année 2016 :

     "Chaque année revient le temps

    Comme les vagues de l'Océan

    De vous présenter mes meilleurs vœux pour le Nouvel An"

  • Un nouveau paragraphe en citation. Humour et poésie...

    "La mer, c'est le dernier endroit

    où l'imprévu revêt encore une importance.

    Quand on quitte Montparnasse pour aller à Brest,

    il y a très peu de chances de rencontrer

    des bisons sur les rails.

    En mer, on trouve encore des bisons sur les rails."

     

    Olivier de Kersauson

  • Haïku commun à mes deux blogs

    "me voilà 

    là où le bleu de la mer

    est sans limite"

    Santoka

  • Ebauche.. maritime

    "Sables mouvants

    Marais salants

    Bords de mer étonnants"

  • Peintre et Océan

    "Il a peint l'Océan splendide, immense et triste,

    Où le nuage laisse un reflet d'améthyste;

    L'émeraude écumante et le calme saphir [...]"

    José Maria de Heredia, Un peintre, Les Trophées

  • Ebauches, à la manière des haïkus

    En écho à ma nouvelle catégorie sur mon autre blog, petits vers de mon cru :

     

    "Nuit d'encre de Chine

    Flots tumultueux

    Peur dans la marine

    Avant le soleil radieux"

  • Mer et poésie, souvenirs des dernières vacances.

    Paysages dans le Golfe de Gênes (extrait)

    Alphonse de Lamartine

     

     

    Que j'aime à contempler dans cette anse écartée

    La mer qui vient dormir sur la grève argentée

    Sans soupir et sans mouvement!

    Le soir retient ici son haleine expirante

    De crainte de ternir la glace transparente

    Où se mire le firfament.

     

    De deux bras arrondis la terre qui l'embrasse

    A la vage orageuse interdit cet espace

    Que borde un cercle de roseaux ; 

    Et d'un sable brillant une frange plus vive

    Y serpente partout entre l'onde et la rive

    Pour amollir le lit des eaux.

     

    Là tremblent dans l'azur les muettes étoiles ;

    Là dort le mât penché, dépouillé de ses voiles ;

    Là quelques pauvres matelots

    Sur le pont d'un esquif fatigué la lame,

    De leurs foyers flottants ont rallumé la flamme,

    Et vont se reposer des flots.

     

    Le chêne aux bras tendus penche son tronc sur l'onde ;

    Le tortueux figuier dans la mer qui l'inonde

    Baigne, en pliant, ses lourds rameaux

    Et la vigne y jetant ses guirlandes trempées,

    Laisse pendre et flotter ses feuilles découpées,

    Où tremblent les reflets des eaux.

     

    (...)

  • Sables Mouvants-Jacques Prévert

    Le recueil de poèmes de Jacques Prévert, Paroles, est à disposition sur la table basse du salon. Sans vraiment le lire à proprement parler, j'y picore de temps en temps des textes, des poèmes. Et je suis tombée hier sur un très beau texte que vous trouverez ci-dessous... et sur mon blog cousin "Adémar Créach"... 

     

    SABLES MOUVANTS

     

     Jacques Prévert

     

    Démons et merveilles
    Vents et marées
    Au loin déjà la mer s’est retirée


    Et toi
    Comme une algue doucement caressée par le vent
    Dans les sables du lit tu remues en rêvant


    Démons et merveilles
    Vents et marées
    Au loin déjà la mer s’est retirée


    Mais dans tes yeux entrouverts
    Deux petites vagues sont restées


    Démons et merveilles
    Vents et marées
    Deux petites vagues pour me noyer.