Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Iroise Fêlée - Page 5

  • Citation de saison!

    "Le rite bien français des vacances au bord de la mer constitue un voyage initiatique dont nous portons tous la marque. On peut dire que l'océan - son mystère, son infini, sa grande vie solitaire sous le ciel changeant -, c'est la métaphysique à la portée d'un enfant de sept ans." Michel Tournier

  • Salon du livre insulaire-Ouessant-17 au 20 août 2016

    Avis aux amateurs de littérature et d'îles (... d'où la présence de cette note sur ce blog et son cousin : http://ademarcreach.hautetfort.com/).

     " L'association Culture, arts et lettres des îles a pour objet de promouvoir la culture insulaire et tout particulièrement la littérature. Elle a créée une catégorie éditoriale : la littérature insulaire qui se définit par l'insularité des écrivains ou l'insularité des ouvrages. "

    Ce salon est le 18e du nom et on trouvera plus d'infos ici: http://www.livre-insulaire.fr/index.html

  • Extraits de "En suivant la mer". Marie Magdelein Lessana

    J'adorerais : faire le tour des côtes françaises et écrire....mais je prendrais plus mon temps que l'auteur. Ce qui ne l'a pas empêché de nous nourrir des belles pensées, comme le prouvent les extraits ci-dessous :

    "La mer est une joie, la mer est une chance. Joie pour les autochtones, chance pour les visiteurs et les commerçants."

    (...)

    "Mer, ce petit mot de trois lettres qui, dans notre langue, équivoque avec la mère, m-è-r-e, est, pour beaucoup d'entre nous le nom d'une ouverture, d'une joie quasi mystique. Voir la mer, aller à la mer, vivre en bord de mer... C'est magique."

    (...)

    "La mer est toujours plus grande que soi, qu'elle soit déchaînée ou calme. On ne s'y fait pas. On ne pourra jamais l'embrasser. Elle est à la fois imposante et réservée. Elle est impossible, c'est son incommensurable attrait."

    (...)

    "Ici, la mer est partout, dans le ciel, sur soi, dans les pieds, les jambes, sur le visage. S'y baigner n'est pas l'objectif primordial, on est dedans, même dehors. Tandis qu'en Méditerranée, il faut s'y plonger, son élément intense, séparé, appelle l'immersion. Là, l'élément marin enveloppe. Il y a une équation des couleurs, ciel, mer, sable. Quand la mer s'en va, la douceur de la palette s'étale."

    (...)

    "Je ne connais pas l'expérience du rythme des marées inscrite dans mon corps car j'ai grandi près de la Méditerranée. Cette attraction verticale par la lune, qui fait le dos rond à l'océan, et se traduit par le mouvement horizontal du drap de la mer, me fascine."

  • Citation issue d'une récente lecture

    "Puis elle se leva, ferma la fenêtre, et se dit qu'elle ne pourrait plus vivre sans une mer ou un océan à portée de regard" Catherine Locandro, Face au Pacifique

  • Mer et poésie, souvenirs des dernières vacances.

    Paysages dans le Golfe de Gênes (extrait)

    Alphonse de Lamartine

     

     

    Que j'aime à contempler dans cette anse écartée

    La mer qui vient dormir sur la grève argentée

    Sans soupir et sans mouvement!

    Le soir retient ici son haleine expirante

    De crainte de ternir la glace transparente

    Où se mire le firfament.

     

    De deux bras arrondis la terre qui l'embrasse

    A la vage orageuse interdit cet espace

    Que borde un cercle de roseaux ; 

    Et d'un sable brillant une frange plus vive

    Y serpente partout entre l'onde et la rive

    Pour amollir le lit des eaux.

     

    Là tremblent dans l'azur les muettes étoiles ;

    Là dort le mât penché, dépouillé de ses voiles ;

    Là quelques pauvres matelots

    Sur le pont d'un esquif fatigué la lame,

    De leurs foyers flottants ont rallumé la flamme,

    Et vont se reposer des flots.

     

    Le chêne aux bras tendus penche son tronc sur l'onde ;

    Le tortueux figuier dans la mer qui l'inonde

    Baigne, en pliant, ses lourds rameaux

    Et la vigne y jetant ses guirlandes trempées,

    Laisse pendre et flotter ses feuilles découpées,

    Où tremblent les reflets des eaux.

     

    (...)

  • Citation surprenante

    "Ecrire est un travail solitaire, éprouvant comme traverser l'Atlantique dans une baignoire" Stephen King

  • Coup de coeur "L'Homme de ma vie" Yann Queffélec

    Comme expliqué dans la liste de mes envies littéraires de juin sur mon autre blog Adémar Créach, j'ai osé enfin lire Yann Queffélec après avoir assisté à une conférence et échangé quelques mots avec lui. Il était plein d'humour. Et l'on retrouve cet humour, et son amour pour son père, malgré une relation difficile dans son dernier livre "L'Homme de ma vie " (son père donc).

    Plusieurs extraits, notamment à propos de la mer (Les Queffélec sont bretons, n'oublions pas!) et de l'écriture (un extrait à ce sujet à découvrir sur mon autre blog donc). Vous en trouverez donc deux concernant la mer et l'océan ci-dessous :

     

    "De vous à moi, nonobstant la rage d'amour insoluble dans un cœur d'enfant, la vie m'a donné ce qu'elle a de plus précieux sur la Terre : une mère aimante, un père de bonne volonté qui ne pouvait regarder l'océan sans déclarer, une fêlure dans la voix - c'est beau, p'tit vieux. Rien que d'y penser, de l'eau salée me monte aux yeux."

     

    "J'étais heureux : j'allais traverser l'océan, et peu m'importait de battre mes concurrents, une course au large n'étant rien d'autre qu'un prétexte à vaincre ses démons intimes, à se battre soi-même en rejoignant la terre humaine".

    L'Homme de ma vie, Yann Queffélec

  • Journaux de voyages-Albert Camus

    Extrait :

    "Oui,j'ai beaucoup aimé la mer - cette immensité calme - ces sillages recouverts - ces routes liquides. Pour la première fois un horizon à la mesure d'une respiration d'homme, un espace aussi grand que son audace. J'ai toujours été déchiré entre mon appétit des êtres, la vanité de l'agitation et le désir de me rendre égal à ces mers d'oubli, à ces silences démesurés qui sont comme l'enchantement de la mort. J'ai le goût des vanités du monde, de mes semblables, des visages, mais à côté du siècle, j'ai une règle à moi qui est la mer et tout ce qui dans ce monde lui ressemble. O douceur des nuits où toutes les étoiles oscillent et glissent au-dessus des mâts, et ce silence en moi, ce silence enfin qui me délivre de tout."

    Albert Camus

  • Mer et Rochers

    Après l'art de la poésie, l'art de la peinture. le titre "Mer et Rochers" est aussi celui du tableau ci-dessous, d'un peintre rencontré, apprécié et qui a sa galerie à Concarneau : Jean-Jacques Barzic, ancien banquier devenu peintre..

  • Sables Mouvants-Jacques Prévert

    Le recueil de poèmes de Jacques Prévert, Paroles, est à disposition sur la table basse du salon. Sans vraiment le lire à proprement parler, j'y picore de temps en temps des textes, des poèmes. Et je suis tombée hier sur un très beau texte que vous trouverez ci-dessous... et sur mon blog cousin "Adémar Créach"... 

     

    SABLES MOUVANTS

     

     Jacques Prévert

     

    Démons et merveilles
    Vents et marées
    Au loin déjà la mer s’est retirée


    Et toi
    Comme une algue doucement caressée par le vent
    Dans les sables du lit tu remues en rêvant


    Démons et merveilles
    Vents et marées
    Au loin déjà la mer s’est retirée


    Mais dans tes yeux entrouverts
    Deux petites vagues sont restées


    Démons et merveilles
    Vents et marées
    Deux petites vagues pour me noyer.