Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mer en Sardaigne...

"Mais comment, jusque là, remarquer la mer qui change de couleur avec les saisons et semble badigeonnée d'un turquoise corrigé d'une pointe de vert sous le soleil, tandis que plus loin, elle est saphir, plus loin encore bleu nuit et, autour des rochers à fleur d'eau, d'un azur nouveau-né? Ou les rochers de Serpentara, ou les Varaglioni qui brillent dans cette immensité de bleus mais qui, par temps de sirocco, prennent une couleur cendrée tandis que la petite île émerge d'entre le nuages? Ou les vagues qui viennent recouvrir les galets de la plage, puis repartent emportées par le ressac et sont tout ce qu'on entend dans ce grand silence, ou bien qui se brisent avec force, nimbant l'air de vapeur, gigantesque aérosol naturel, et c'est peut-être pour cela que le maquis recule devant l'herbe et que nous disons qu'on va en Irlande? Ou nous, qui jouons à plisser les yeux pour former le cadre où insérer des photos de la Méditerranée et aussi, avec un peu de chance, des dauphins qui bondissent et se réjouissent d'un rien, juste bondir"?

in Battements d'ailes, Milena Agus (en cours de lecture)

Commentaires

  • Tout ce qui est dit dans ce texte est bien observé. La mer n'a pas de frontière, elle est changeante mais elle reste elle-même que l'on soit en Irlande, en Méditerranée, ou en Bretagne. Bonne soirée Ademar.

  • Merci de vos commentaires, ici et là.... A bientôt... chez vous ou chez moi!

Les commentaires sont fermés.