Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Collection....

    J'avais beaucoup aimé le principe, alors j'en ai commandé trois autres de la même collection!

  • Extrait du "Côté gauche de la plage" de Catherine Cusset, illustré par Alain Robet

    Après la couverture, un extrait :

    "En un coup d’œil on embrasse une immensité de lande, de sable et d'eau que seule borne la rencontre du ciel et de la mer. C'est une immensité contenue par les falaises qui s'avancent dans la mer et forment de larges anses que les vagues viennent lécher. Un infini limité.

    Nombreux sont ceux qui préfèrent, sur la presqu'île, le côté de l'île vierge : depuis le sentier côtier sur la falaise, la mer d'un bleu turquoise est si limpide et si lisse qu'on a l'impression d'être au bord de la Méditerranée, impression que renforcent les pins qui furent plantés ici par erreur. Porzcrac'h, c'est autre chose. Pas une carte postale ; pas une vision statique, mais un mouvement. On dirait que la mer monte à l'assaut de la terre, pénétrant les anses à coups d'immenses vagues aux larges crêtes d'écume fumante comme les narines d'un taureau furieux. Leur râle est si fort qu'il assourdit tout bruit. L'heure la plus belle est celle précédant le coucher du soleil, quand la lande tout entière baigne dans une lumière dorée. Par mauvais temps, le noir des falaises et le blanc des vagues en colère se détachent sur les gris du ciel et de la mer. Devant cette lande secouée par le vent, cette plage où les silhouettes de promeneurs ont l'air de minuscules figurines de Giacometti, ces falaises à la roche noire pleine d'anfractuosités où pousse ici et là une touffe d'algue verte, ces nuages que déchire le soleil dardant ses rayons sur la mer, on éprouve à la fois le sentiment de notre impuissance face à une force informe qui nous renvoie à notre petitesse et à notre finitude, et l'exaltation d'être le spectateur de cette force éternelle. Ce n'est pas beau : c'est sublime."

  • Beau petit livre - Ode à une plage bretonne : Le côté gauche de la plage, Catherine Cusset/Alain Robet