Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Iroise Fêlée

  • Extrait du "Côté gauche de la plage" de Catherine Cusset, illustré par Alain Robet

    Après la couverture, un extrait :

    "En un coup d’œil on embrasse une immensité de lande, de sable et d'eau que seule borne la rencontre du ciel et de la mer. C'est une immensité contenue par les falaises qui s'avancent dans la mer et forment de larges anses que les vagues viennent lécher. Un infini limité.

    Nombreux sont ceux qui préfèrent, sur la presqu'île, le côté de l'île vierge : depuis le sentier côtier sur la falaise, la mer d'un bleu turquoise est si limpide et si lisse qu'on a l'impression d'être au bord de la Méditerranée, impression que renforcent les pins qui furent plantés ici par erreur. Porzcrac'h, c'est autre chose. Pas une carte postale ; pas une vision statique, mais un mouvement. On dirait que la mer monte à l'assaut de la terre, pénétrant les anses à coups d'immenses vagues aux larges crêtes d'écume fumante comme les narines d'un taureau furieux. Leur râle est si fort qu'il assourdit tout bruit. L'heure la plus belle est celle précédant le coucher du soleil, quand la lande tout entière baigne dans une lumière dorée. Par mauvais temps, le noir des falaises et le blanc des vagues en colère se détachent sur les gris du ciel et de la mer. Devant cette lande secouée par le vent, cette plage où les silhouettes de promeneurs ont l'air de minuscules figurines de Giacometti, ces falaises à la roche noire pleine d'anfractuosités où pousse ici et là une touffe d'algue verte, ces nuages que déchire le soleil dardant ses rayons sur la mer, on éprouve à la fois le sentiment de notre impuissance face à une force informe qui nous renvoie à notre petitesse et à notre finitude, et l'exaltation d'être le spectateur de cette force éternelle. Ce n'est pas beau : c'est sublime."

  • Beau petit livre - Ode à une plage bretonne : Le côté gauche de la plage, Catherine Cusset/Alain Robet

  • Petit poème jeunesse à déguster

    Le château des eaux

    Rolande Causse

     

     

    Vagues voguent

    Humeur vague.

     

    Paysage de brume

    Montée de blanc

    Contentement.

     

    Vont si vives,

    courent et roulent,

    Tanguent et chantent,

    Les eaux intrépides.

     

    Autres poèmes marins à découvrir dans son recueil Le port de poèmes (voir liste ci-jointe)

  • Bonne année et première citation

    Tous mes voeux pour cette nouvelle année, qui débute donc avec une citation commune à mes deux blogs :

    "Un livre doit être la hache qui brise la mer gelée en nous"

    Franz Kafka

  • Bonnes fêtes !

    Les parutions sur mes blogs vont être suspendues pour quelques jours de vacances...

    Mais je ne pouvais faire pause sans vous souhaiter de bonnes fêtes, un Joyeux Noël et une Bonne et Heureuse Année 2017.... Et voici donc la dernière ébauche de l'année 2016 :

     "Chaque année revient le temps

    Comme les vagues de l'Océan

    De vous présenter mes meilleurs vœux pour le Nouvel An"

  • Citation....réflexion. ..

    "Lorsque l'on regarde sa vie passée, on croit voir sur une mer déserte la trace d'un vaisseau qui a disparu".

    François-René de ChateaubriandMémoires d'outre-tombe, 1850

  • Breton...

    Une dernière pour clore cette lecture :

    "Breton,

    c'est un pays,

    c'est une culture,

    c'est la mer,

    bref, je suis breton."

     

    Olivier de Kersauson 

  • Mer, émotions et émerveillements

    Où l'on comprend le choix du titre...

     

    "Dans mes promenades en bord de mer, mes émotions à moi sont bien réelles.

     

    Le faithème de percevoir ce qui m'entoure, lors de mes promenades en bord de mer, m'est une source infinie de joie. Je suis preneur de toutes manifestations d'émerveillements. Je suis apte à l'émerveillement. En quête.

    J'ai assez souvent des étonnements heureux."

     

    Olivier de Kersauson

     

     

     

  • Citations "kersausiennes"

    Je poursuis ma lecture cette semaine donc. Ci-dessous plusieurs phrases que j'ai envie de partager :

     

    "Une coque, même pourrie, même réduite à l'état d'épave, sert toujours l'aventure."

    "La mer varie selon l'éclairage, l'heure, la position du soleil, les nébulosites, la force du vent, celle des vagues. C'est infini."

    'En mer, je retrouve ma langue maternelle : le silence"

    "La terre, ce bord noir du monde bleu."

    "On n'échappe pas à soi-même en fuyant sur les mers. C'est précisément l'inverse qui se produit."

    "La mer, c'est la partie de la Terre que je préfère."

     

    Olivier de Kersauson